Le regard des autres

Publié par le 26 Fév 2017 dans Livres parus | 0 commentaires

regard-des-autresCe qu’il y a de magique, quand on est écrivain, c’est qu’on fait ce qu’on veut. On est aux commandes, the boss quoi ! C’est bien le seul domaine où c’est le cas, alors autant en profiter ! ☺

Dans le dernier tome de Dia Linn, Sinn Féin, le monde que j’ai imaginé part d’un postulat dont nous sommes trèèèès loin aujourd’hui : une parfaite égalité hommes / femmes. Qu’il s’agisse de droits ou de capacités, rien ne distingue la gent féminine de son pendant masculin. Les femmes peuvent se comporter et s’habiller comme elles le désirent sans susciter de réactions quelconques…
J’avais très envie de créer un monde comme celui-ci. Un monde où le regard des autres ne serait plus fonction de son sexe et de la place qu’on est censés assumer – et, surtout, y rester bien sagement.
Ce sont de petites scènes de mon propre quotidien qui m’ont fait réfléchir– oui, parfaitement, ce sont des choses qui m’arrivent parfois ! ☺

Réfléchir surtout au fait que, sans même en avoir conscience, nous sommes dans le jugement permanent. Dans la projection, la subjectivité.
Un jour, je me promenais avec un ami. Il faisait beau, chaud – très chaud même pour la saison – et on profitait du soleil en faisant le tour du lac après un bon déjeuner, break délicieux avant de reprendre le travail. Je portais une mini jupe. Parce qu’il faisait chaud, parce que j’aime porter des mini jupes et pis c’est tout.
Cette fameuse après-midi là, au bord du lac, nous avons croisé une femme : à peu près de ma génération, en jogging et a priori en pleine séance de running. Et je crois bien que je serais morte foudroyée sur place – oui, là, sous le soleil au bord du lac – si un regard pouvait tuer. J’avoue ne pas avoir résisté au fou-rire, ça m’a paru tellement ridicule et disproportionné ! Du coup ça n’a pas arrangé l’humeur de la dame, mais enfin quoi ? Je ne me baladais pas à poil, et puis elle n’était même pas courtissime, ma jupe ! Merde alors !couv_blog
Je me suis demandé ce qu’elle pouvait bien voir en moi pour la rendre si agressive…. Venait-elle de se faire larguer comme une vieille chaussette ? Peut-être n’était-ce pas ma jupe, après tout, qui provoquait son ire, mais le compagnon à mon bras ? Ou bien était-elle issue d’un milieu de juifs orthodoxes, de musulmans pas modérés ou de chrétiens intégristes, et en ce cas ma tenue appelait sur moi toutes les foudres d’un Dieu qui hait profondément, évidemment, les jambes qu’Il a créées… Ou encore, peut-être souffrait-elle d’odieuses varices, rendant hostiles aux regards ses propres membres inférieurs ? Ou alors… Et je suis partie dans un délire personnel que chaque auteur, je crois, a déjà dû vivre des milliers de fois… Imaginer une vie, un destin, des émotions qui pourraient expliquer le courroux d’une femme à la vue d’une autre, simplement parce qu’elle porte un petite jupe.

Et de cette scène, mon héroïne, la belle Cyan, est née !


Vous aimez mes livres ? Envie de bonus, de cadeaux... ?

Abonnez-vous à ma newsletter pour en savoir plus sur mes futures parutions et mon actualité.

Recevez gratuitement "Dia Linn 1" lors de la validation de votre inscription.

Commentaires

Commentaires

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *