Midinette… ou pas ! :-)

Publié par le 9 Oct 2016 dans Articles divers | 1 commentaire

Je n’ai pas une âme de midinette.

Heard drawn in the sand on the atlantic coast

Oui, j’ai définitivement fait le deuil de cet aspect-là de ma personnalité, relégué à quelques années de jeunesse inavouée à soupirer après Tom Cruise et Patrick Swayze – mais que celles qui ont pu résister au déhanché de Patrick me jettent le premier marshmallow !!! 🙂

Je me suis intéressée à la littérature sentimalo-érotique, plus pour des raisons marketings qu’autre chose. Après tout, c’est ce qui marche, alors pourquoi ne pas exploiter ce filon juteux ? J’ai donc demandé à de gentils amis, masculins et féminins, de me conseiller sur des œuvres afin d’aller voir à quoi ça ressemblait…

Verdict : grâce à ces messieurs, j’ai pu découvrir les joies du porno. Parce que soyons clairs, les hommes – en général – s’en battent la rate avec une patte d’alligator femelle, des roucoulades au clair de lune. Non, pour eux c’est sodomie le matin et turlutte le soir. De précieux conseils en matière de préparation au coït anal m’ont été fournis par leurs bons soins.

Je ne suis pas contre des scènes hot dans mes romans, je peux même dire que j’aime beaucoup les écrire. Mais tout un bouquin là dessus ? Heu… Bon, je passe mon tour. Je me suis donc penchée sur les goûts féminins en matière de romans. Et là, c’est le drame. Je crois bien que je préfère encore les leçons de fellation, en fin de compte.

Non mais c’est vrai, quoi. Je n’ai réussi à finir aucun de ces bouquins, aucun ! J’ai l’impression en les lisant d’avoir été aspergée d’un truc rose et hyper sucré, masquant le vide intersidéral de toute profondeur ou même réalité tangible… Les héroïnes sont toutes bâties sur le même modèle : ce sont des cruches, voire des ahuries, innocentes comme l’agneau qui vient de pousser son premier bêlement et incapables de saisir que quand le monsieur vous met la main au cul, ce n’est PAS pour vous éviter de chuter dans les escaliers ! Quant aux types sensés donner la réplique à ces anti-Einstein en jupons, ils peuvent se résumer à : abdos en béton et air ténébreux.

erotique-drole

Un monde où tous les personnages principaux sont, obligatoirement, jeune et beaux, foutus comme des statues grecques et qui passent leur temps à se tourner autour en essayant de résister à leurs pulsions jusqu’à la dernière page – celle dans laquelle ils craquent enfin, pour notre plus grand soulagement. J’ai triché, je l’avoue, et j’ai sauté tous les chapitres allant de la présentation des protagonistes jusqu’au dénouement.

Donc voilà. J’ai le choix entre le vide intergalactique et l’art copulatoire. Terrible dilemme ! Il me reste un échappatoire, tout de même : écrire autre chose.

Je vais donc abandonner l’idée d’écrire un roman sentimental – parce que si je n’arrive pas à en lire un seul, j’ai des doutes sur mes capacités à en écrire ! – ou porno – ça serait beaucoup plus amusant, mais les plates-formes de distribution les relèguent dans des sous-catégories honteuses, hypocrisie quand tu nous tiens… Et je vais tester des genres qui me conviennent mieux. Après tout, on peut écrire de belles pages sentimentales ou érotiques en plein polar, non ?

A ce titre, je vous invite d’ailleurs à parcourir le catalogue EHJ : vous y trouverez des romans intelligents et drôles, impertinents et sentimentaux (les feelgoods de Kathy Dorl, One Dollar Bill de Linem O’Brien), érotiques sans être mièvres (Andalou de Liliane Fournier, Tu es Pierre de RoseLys DesDunes…). Comme quoi, oui, c’est possible !

Au boulot ! 🙂


Vous aimez mes livres ? Envie de bonus, de cadeaux... ?

Abonnez-vous à ma newsletter pour en savoir plus sur mes futures parutions et mon actualité.

Recevez gratuitement "Dia Linn 1" lors de la validation de votre inscription.

Partagez !

0Shares
0

Commentaires

Commentaires

1 Commentaire

  1. Avatar

    Ah ! La littérature sentimentale… Quel poème !!!! Je me souviens, adolescente , avoir voulu découvrir les Harlequin… j’en ai lu un, à haute voix, avec ma sœur aînée… On mettait le ton, genre Comédie française, et on s’est bien marré !!! On a voulu recommencer, et là, on s’est rendu compte que l’histoire était strictement la même, le beau docteur (PDG, milliardaire… interchangeable) et l’adorable et si sensible infirmière (secrétaire, nounou, idem que pour le mââââââle !!!!)… Il y a aussi le méchant (et beau) adversaire du gentil mââââââle sus-nommée, voire la méchante (et belle) femme qui veut AUSSI mettre la main sur le beau mââââââle… Vous me suivez ??? C’est ch… Et quand on rajoute du pseudo-sexuel, ça devient pathétique ! Je déteste ce genre de bouquin, comme je déteste les bouquins de Lévy, Musso (ok, je ne les ai pas tous lus, mais en avoir parcour en diagonale un seul m’a saoulée !!!!)… Quand aux je ne sais plus combien de nuances de je ne sais pas quoi, rien que le résumé m’a fait dormir… En même temps, à écouter les femmes, éduquées, diplômées, carriéristes, elles ont souvent, la trentaine atteinte encore le fantasme du prince charmant, qui n’existe pô… Vous voulez du cul, ben relisez Sade, il n’y a pas que le sado-maso,je vous conseille La Marquise de Gange pour lire un véritable livre érotique, subtil, tout en suggestions à vous faire frémir sous les draps… Bon, j’arrête là et replonge, dans les Liaisons… 🙂

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *