Chimère: le passeur de mémoire

Publié par le 1 Juil 2018 dans Livres parus | 0 commentaires

Les animaux ont toujours eu une importance capitale dans mes romans.

Nolimé, dans L’Heure du Tigre, adopte Kami, un énorme bâtard; Camille, dans Antarès, vit avec son chien Tommy mais aussi ses chats… Les deux héroïnes déjantées des trois tomes de Temps Mort, co-écrit avec ma partner Kathy Dorl, ne font pas exception à la règle ! Tommy le vieux chien de ferme, Laurence le superbe setter irlandais qu’Elisabeth fera tout pour sauver…

Bien entendu, il y a également tous ceux qui ont accompagné les personnages des 8 tomes de Dia Linn, chacun ayant le sien propre: un chien, un cheval, un chat… jusqu’au corbeau de Ryann dans le tome 5. J’ai choisi chacun d’entre eux non seulement en fonction de la personnalité du personnage, mais également en fonction de ce que l’animal de compagnie apportait à l’histoire; et de ce qu’il pouvait aussi révéler de la nature secrète de son « maître ».

Dans Chimère, il n’y a pas d’animal de compagnie à proprement parler. Mon personnage a une existence bien trop erratique pour garer auprès de lui un compagnon de route.

Pourtant, il y a bien une « bête » qui a une importance non négligeable. Cet animal, c’est un chat. Bien sûr, il ne s’agit pas des deux matous de Défaillances, qui ont un rôle bien plus important puisqu’eux mêmes prennent la parole !

Dans Chimère, il s’agit d’une sorte de témoin. Ce félin, appelé Batcat, est tout d’abord le guide de la petite fille qui va découvrir le drame, celui d’où va partir toute l’histoire. On retrouve ce « guide » sous d’autres formes, à d’autres époques, sous d’autres noms… des ombres, des chats abandonnés, ou simplement libres. Mais à chaque fois que mon personnage croise leur route, il se remémore cette époque de sa vie où il était un enfant, inconscient de ce qui allait complètement transformer son existence.

Chimère est un roman sur la mémoire. Celle que l’on refuse, que l’on nie, mais aussi celle qui nous conditionne, même malgré nous. Le chat noir, qu’on le nomme Batcat ou autrement, est un peu comme un chamane. Un passeur de mémoire. Et grâce à lui, Chimère pourra, peut-être, retrouver son chemin.

Commentaires

Commentaires

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *